Bandeau inférieur

Communes du territoire/Châtelus/Histoire et Patrimoine

Châtelus - Histoire et Patrimoine

 

 

D’après la tradition, les Romains s’établirent au confluent du Dard-de-Coise et du Couzon et y élevèrent des fortifications. Ils lui donnèrent le nom de « Castrum Lucus » (le camp de Lucius). Au cours des âges, l’orthographe du nom du village a évolué : « castellutium », « castelus », « chastellus », « chatellus » et, enfin, « châtelus ».
Aux X, XI et XIIème siècles, le village prit de l’extension. Le château monumental avait déjà une grande importance à l’époque. De 1173 à 1360, cette seigneurie et son château appartiennent à Guy II, Comte du Forez, puis de 1360 à 1513 aux Ducs de Bourbon. A partir de 1364, c’est une capitainerie. Puis, dès 1368, une châtellenie comtale où, à la place du seigneur, réside un châtelain qui rend la justice, lève les impôts et commande la garnison. Parmi ces châtelains, la famille notariale des Terrasson a laissé un souvenir persistant. Puis, elle passe aux Laurencins, aux Desgouttes, aux Mitte de Chevrières, aux Bénéon de Riverie et, enfin, aux Guillet qui prennent le nom de Châtellus en 1715. On raconte que le baron des Adrets prit le château et fit planter des piquets au pied de la grande tour ; de nombreuses personnes furent alors précipitées du haut des créneaux et s’empalèrent en arrivant sur le sol.

 

Le château (privé)

 

Château de ChâtelusA l’entrée du village une entrée de tilleuls remarquables mène au château.
Un donjon de forme heptagonale constitue tout ce qu’il reste du château médiéval mentionné des Comtes du Forez.
Ce château possédait un vingtain qui cernait les maisons, l’église, le cimetière, une grande porte et une poterne.
Le donjon, en partie conservé, se présente aujourd’hui comme une tour à sept pans percée par de nombreuses meurtrières, haute de quatre étages qui communiquent grâce à un escalier à vis placé dans un des angles de la tour.

 

L'église

 

Intérieur de l'égliseEn 1173, l’église dépendait de l’abbaye de l’Ile Barbe. Les deux chapelles latérales sont les éléments les plus anciens ; parmi elles, l’ancienne chapelle gothique du château.
On peut admirer les vitraux de A. Mauvernay et le toit de l’église fait de tuiles vernissées.
L’église comporte 3 cloches dont l’une date de 1537.
L’ancienne chapelle du château est devenue paroissiale après la Révolution et a été agrandie pour répondre aux besoins de la population.

 

La fontaine

 

Fontaine de la ViergeAdossée au mur face à l’entrée actuelle du château, au carrefour des voies d’accès au village, la fontaine, en forme de porte monumentale, est ornée d’une coquille Saint-Jacques sculptée, vestige du château, et porte sur son fronton l’inscription : « Tant que de fraîches eaux jailliront, arrête-toi passant, Jacques-Pierre Guillet de Châtellus accueille le voyageur et a érigé ce monument l’an du seigneur 1780 ». On l’appelle aujourd’hui « Fontaine de la Vierge » en raison de la statue de fonte qui la coiffe.

 

La croix des Bénéon

 

Croix des BénéonSur le tertre du Châtelard, la croix des Bénéon date du XVIIème siècle et porte, sur le devant de son socle, les armoiries de la famille des Bénéon et une inscription sur le revers : « Messieurs Jean et François Bénéon frères natifs de Saint-Symphorien, barons de Riverie, seigneurs de Chastellus, Saint-Denis et autres ont donné cette croix en l’année 1683 » (sur le terrain se trouve une copie de la croix, l’original est exposé à l’intérieur de l’église).