Bandeau inférieur

Communes du territoire/Chevrières/Histoire et Patrimoine

Chevrières - Histoire et Patrimoine

 

 

Le nom de Chevrières vient de Caprariis (mention au XIème siècle) qui signifie « lieu où on élève les chèvres ». La commune de Chevrières est délimitée par 3 ruisseaux : la Coise, le Bilaise et la Gimond.

Fête de la Batteuse

Village de Chevrières

 

Histoire

 

Le village est cité dès le XIème siècle ; son histoire est liée à celle de son château. Construit par la famille des Malvoisin vers 1198, le château de Chevrières passe au XIVème siècle à la famille Mitte de Chevrières en 1331, l’une des plus anciennes et des plus puissantes de la région. Il encerclait alors totalement le village. En 1465, les Mitte vont habiter leur château de Grézieu-le-Marché à la suite du saccage de leur château de Chevrières, ainsi que du village, par les soldats de Jean II, Duc de Bourbon. En 1586, le village est ravagé par la peste. Au XVIème siècle, le château est reconstruit et en grande partie transformé par Louis II Mitte : il supprime presque tout ce qui servait de défense et lui donne le style Renaissance. En effet, Louis II Mitte, ami de Louis XII et de François Ier participe activement aux guerres d’Italie où il ressentira là-bas les premiers souffles de ce courant artistique. Le château est ensuite vendu plusieurs fois ; il appartient actuellement à la famille De Boissieu. Plus tard, les fortifications du château disparaissent, le bourg s’agrandit autour de l’église dont le parvis est transformé en place publique.
Pendant la Révolution, Chevrières fut un centre de résistance royaliste en Forez. En 1793, pendant la terreur, Antoine CROIZIER, fermier à la Badouillère, surnommé le « Roi de Chevrières », dirigeait une petite milice locale au nom du Roi. Avec plus de 2 000 personnes plus ou moins recherchées, le Roi de Chevrières mena une lutte héroïque pour la défense de la religion ; il donnait notamment asile aux proscrits, les arrachant aux soldats républicains.

 

Le château (privé)

 

Château de ChevrièresDes fortifications du château féodal érigé vers 1198, il ne reste que les épaisses assises situées à plus de 100 m du château. L’emplacement qu’elles occupent porte le nom de « tournelles ». Les murs de la première enceinte du château partaient du lieu-dit les Tournelles, remontaient vers le nord, traversaient le village actuel, continuaient vers l’ouest par le jardin du presbytère, jusqu’à la prairie de la Prébende, traversaient le hameau des Escots, et ils fermaient leur cercle aux Tournelles. Le jardin actuel de la cure se trouve sur une partie des larges fossés creusés au pied de l’enceinte seigneuriale ; ceux-ci encerclaient alors le village tout entier avec sa place et son église.
A la suite des sacs des troupes du Duc de Bourbon, Louis II Mitte reconstruit son château ; c’est donc au XVIème siècle que le château de Chevrières semble avoir subi sa plus grande transformation. Ses remparts sont détruits et ses tours rasées. Il fait construire un portail renaissance, avec de chaque côté deux grosses tours et orné de deux colonnes supportant un cartouche en forme de vaste coquille, où se trouve l’écusson des Mitte de Chevrières ainsi que celui des Miolans.
Il ne reste du château que deux tours féodales et de belles portes Renaissance (en particulier la porte monumentale encadrée de hautes colonnes à chapiteaux). La porte extérieure du château qui conduit de la place du village aux jardins date aussi du XVIème siècle ; ainsi que la porte latérale qui fait communiquer le château avec l’église. Mais les meurtrières qui accompagnent la grande porte d’entrée doivent être un reste d’une porte plus ancienne et du pont-levis qui la protégeait.

 

 

L'église

 

Eglise de ChevrièresA l’origine, l’église est une chapelle seigneuriale édifiée au XIème siècle et dédiée à Saint-Maurice. Elle possède trois ouvertures : une au sud pour les châtelains, une au nord (du côté de la sacristie) pour le clergé, et une à l’ouest pour les fidèles. Elle se compose aujourd’hui d’une nef et de chapelles converties en bas côtés au XIXème siècle. L’église de Chevrières fait un tout harmonieux avec l’architecture gothique finissante et l’architecture du début de la Renaissance. A l’extérieur, les bases des contreforts montrent encore des vestiges d’animaux fantastiques.
Il ne reste rien de visible, à part le clocher, de la chapelle seigneuriale édifiée au XIème siècle. Parmi les sept verrières, celle représentant le sacrifice d’Abraham est particulièrement remarquable. A noter, aussi, les 7 piscines (niches décorées et destinées à recevoir des objets de culte), typiques des XIVème et XVème siècles, qui ornent les parois. Enfin, de chaque côté des chapelles situées au nord, se trouvent deux figurines grimaçantes sculptées en relief qui se font face et qui semblent nouer un dialogue muet. L’un a oublié la messe qu’il n’entend plus (il a les mains sur les oreilles) et il ne suit plus (il a le coude sur son livre ouvert), les yeux dans le vague, il appuie son autre coude sur un tonnelet vide. L’autre, moqueur, le regarde, semblant prendre l’assistance à témoin.

Vitrail du mariage de Joseph et Marie

Eglise de Chevrières

Bannière de procession - Saint Maurice